"MES JAMBES, SI VOUS SAVIEZ, QUELLE FUMEE..." de BRUNO GESLIN

Publié le par Zoso

Je m'aperçois que je n'ai encore jamais écrit sur un spectacle vivant. Pour une fois que je peux vous parler d'une pièce qui va bientôt se jouer, puisque je l'ai vu l'année dernière, faisons nous plaisir.


Il s'agit de "Mes jambes, si vous saviez, quelle fumée", mis en scène par Bruno Geslin et qui se jouera les 16 et 17 mars 2006 à 20h30, au théâtre Romain Rolland de Villejuif.


"La grande mélée" de Pierre Molinier

Quand j'ai poussé la porte du théâtre de la Bastille en 2005, je ne connaissais pas du tout Pierre Molinier. C'est donc un peu totalement par hasard que j'ai découvert, dans le cadre du festival d'automne, la superbe adaptation théâtrale de Bruno Geslin, de l'interview de 1972 du photographe-peintre-fétichiste par Pierre Chaveau


"Mes jambes, si vous saviez, quelle fumée..." de Bruno Geslin au théatre Romain Rollan de Villejuif

La première chose qui frappe, c'est bien sûr le titre. Il n'est pas de Molinier mais d'Henri Michaux. Pourtant, il donne bien le ton ! Nous sommes en plein surréalisme... Fétichisme, érotisme, culte, mystère, tous les ingrédients sont là. 


Quoique... les surréalistes l'ont accueilli un temps en leur sein, avant de le rejeter, le considérant comme un peu trop frappé. Molinier n'a effectivement jamais été dans une démarche intellectuelle. Il s'est retrouvé happé par le mouvement surréaliste, sans aucune volonté propre. Et quand celui-ci écrira à Michaux une lettre pour lui dire qu'il vient de retrouver sa fille naturelle, que c'est une prostitué et qu'il va lui acheter un café pour en faire un bordel ... la rupture est consommée. Il est vrai que la mission avouée de Molinier sur cette terre, a toujours été : "Transformer le monde en immense bordel".



Pierre Molinier


Ce qui frappe ensuite c'est l'incroyable interprétation de Pierre Maillet. Un accent bordelais, un rire de fausset insupportable, une voix posée très haut... on se demande s'il n'en fait pas un peu trop ... jusqu'à ce qu'on entende, à la fin du spectacle, l'enregistrement de Pierre Chaveau et que l'on découvre ainsi la vraie voix de Molinier et ... qui bien sûr est extraordinairement identique.

Pierre Maillet dans "Mes jambes, si vous saviez, quelle fumée..." de Bruno Geslin au théatre Romain Rollan de Villejuif

Formidable interprétation de Pierre Maillet donc, que l'on peut aussi retrouver dans une tenue similaire (travesti en femme) en ce moment au théâtre de la bastille dans "Eva Peron" de Copi. Ça lui va comme un gant, ou plutôt comme un bas résille.



auto-portrait de Pierre Molinier 1970

 "Le vice, c'est n'importe quoi,

 ça n'existe pas,

 on a des envies et voilà"

 

Car c'est bien de cela qu'il s'agit, de la passion d'un homme pour ses jambes et si possible gainées de bas ! Molinier a passé une grande partie de son oeuvre à mettre en scène son fantasme d'hermaphrodisme. Dans ses photos-montages, l’artiste est souvent nu, son sexe en érection, portant masque, guêpière, faux-seins, porte-jarretelles, talons hauts et bien sûr, ses indispensables bas.

 

 "La rose noire" photo montage de Pierre Molinier

   

Une fois ceci posé, on peut légitimement s'inquiéter un peu du spectacle qui va nous être proposé. Inquiétude sans fondement, le travail de mise en scène de Bruno Geslin est remarquable. La pièce ressemble en fait vraiment à l'oeuvre de Molinier, sophistiquée sans être intellectualisée, libre sans être vulgaire, osée sans être glauque, sarcastique sans être triviale, sombre sans être triste. Effectivement on rit beaucoup ... et ce n'était pas forcément gagné de faire rire une salle (dont la majorité des spectateurs ne doivent pas connaître le travail de Molinier) aux propos d'un homme, qui demanda à ses parents à la mort de sa soeur (il venait d'avoir 18 ans) de le laisser seul se recueillir dans la pièce, ferma la porte, photographia sa soeur sur son lit de mort, monta sur le lit et se masturba. Il annoncera plus tard tout fier : "J'ai joui sur son ventre et alors le meilleur de moi-même est parti avec elle".

 

"Les conventions des hommes ça ne tient pas debout. Petit à petit je me suis évadé de tout ce qui pouvait être conventions sociales... J'aurais voulu être une femme mais lesbienne... rejoindre l'androgynie initiale...."

auto-portrait de Pierre Molinier

  

Et c'est ce qui frappe enfin, l'étonnante liberté qui habitera cet homme toute sa vie durant. Toute sa vie, jusqu'à sa mort, qu'il choisira de mettre lui même en scène le 3 mars 1976, en se tirant une balle dans la bouche et en écrivant à la craie sur sa porte d'entrée :

"Je me donne volontairement la mort et ça me fait bien rigoler"


 

"Mes jambes, si vous saviez, quelle fumée..." de Bruno Geslin au théatre Romain Rollan de Villejuif


"Mes jambes, si vous saviez, quelle fumée" de Bruno Geslin, avec Pierre Maillet, les 16 et 17 mars 2006 à 20h30, au théâtre Romain Rolland de Villejuif.


Publié dans FUITE DE CERVEAU

Commenter cet article

noir intense 35 17/07/2007 17:43

Permettez-moi de vous emprunter quelques uns de vos mots pour écrire mon post d'aujourd'hui, ils me correspondent tant que je ne saurai les reproduire tels que...ce n'est pas dans mes habitudes et je vous remercie d'avance de me les prêter ...

Fab 25/04/2007 00:27

cette pièce que je viens de voir est au contraire très lumineusetrès gaie et très légèrevivifiante et libératrice

marie 02/04/2006 20:35

Je ne connaissais pas Molinier. Intéressant mais que tout cela est sombre....Marie/Anne-Catherine Andrioli

Marie 24/03/2006 21:09

Je l'ai vue, effectivement une très belle pièce.

AURORA 07/03/2006 23:47

je vous remercie de votre passage sur mon blog. Il se trouve que j'avais moi-même signalé hier soir cette note ici:
http://www.u-blog.net/AURORAWEBLOG/note/58561
Bien cordialementAURORA