MICHEL SEURAT, sans commentaires...

Publié le par Zoso

"Ils finiront par le trouver.

Dans un quelconque bois aux martyrs, ou un simple terrain vague. Peu importe. La “traque” sera fructueuse, quel que soit le délai qu’on lui fixera pour qu’elle aboutisse. On retrouvera les ossements de Michel Seurat parce que la mathématique des dépouilles est notre nouvelle gloire nationale, et que cette science ne se pose comme questions que celles dont elle connaît la réponse. On le retrouvera. On expédiera ses ossements dans un avion pour Paris, et, après une cérémonie funèbre très officielle, on prononcera de fortes paroles diplomatiques, qui respecteront les sensibilités de chacun, sans pour autant rien dire.

C’est ainsi que se terminera, ou du moins certains l’espèrent, le dernier acte de cette comédie de la honte qui a commencé un beau jour de mars 1985, lorsque Michel Seurat fut enlevé, lui et son compatriote journaliste Jean-Paul Kaufmann, sur le chemin entre l’aéroport et le centre-ville de Beyrouth. (...)"


Publié dans An Nahar, quotidien Libanais le 24 juillet 1998

Samir Kassir



Michel Seurat



"Aujourd’hui nous accueillons le corps de Michel Seurat dans sa patrie.

Nous l’accueillons entouré de sa famille, de ses amis, de tous ceux qui l’aiment, qui l’admirent et le respectent, entouré de tous ceux qui ont été solidaires de son drame et qui n’ont jamais cessé d’agir pour qu’il puisse recevoir ici, en France, une sépulture digne.

Je veux rendre hommage à votre courage, chère Marie, à votre détermination, à votre combat. Je veux rendre hommage au courage de vos filles, fières de ce père exceptionnel qu’elles n’ont pas assez connu : Alexandra, qui a hérité de la passion artistique de ses parents ; Laetitia, cavalière émérite, fidèle au Liban dont elle défend les couleurs dans l’équipe nationale d’équitation. Je veux rendre hommage enfin à tous ceux qui n’ont cessé de s’engager pour que la mémoire de Michel Seurat soit honorée.

En ce jour, je souhaite aussi remercier les autorités libanaises et le gouvernement dirigé par M. Fouad Siniora pour l’aide précieuse qu’ils nous ont apportée. (...)"


Discours de la cérémonie du 07 mars 2006

 Dominique de Villepin

Publié dans DIVERS ET AVARIÉS

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article