"BAGATELLES POUR UN MASSACRE" de LOUIS-FERDINAND CELINE (12eme partie)

Publié le par Zoso

Un peu plus d’entrain, je vous prie ! Plus de complaisance ! Plus de zèle vers l’indigénat : "Le Juif est un homme plus qu’un autre " ! Voilà ce qu’il convient de jacasser désormais !... Perroquets aryens que je vous entende ! Sautez à vos perchoirs... et répétez en chœur... "Il est plus !... plus !... plus !..." Ce " plus " est essentiel ! il est tout !...

Vous avez à présent compris, je l’espère, Masses de Masses ! que le supercapitaliste juif demeure toujours, en toute circonstance, un capitaliste spécial, tout près du cœur du peuple messianique, prophétique, pacifiste, essentiellement apostolique, idéaliste, suprêmement bienfaisant, "humain "... Ah ! Toujours plus "humain"... Systole d’ouvrier, diastole de juif... ventricule contre ventricule... Le même cœur, le cœur même du prolétariat... Ah !..

Il a l’air d’un jouisseur frivole, ce petit Rosenthal, d’un profiteur abject. Attention ! Tout le contraire ! Apparences !... En réalité il ne pense qu’au peuple, aux malheurs du peuple... nul mieux que lui ne comprend, n’est touché par la grande détresse du peuple... S’il est acquis au programme populaire ?... à toutes les revendications du peuple ?... Ah ! Ah ! Ah ! Et pacifiste !... Foutre ! Foutre ! Il les fait lui-même les programmes du peuple pour être plus sûr... Alors ?... Nul n’est mieux renseigné que lui, nul plus que lui n’implore, ne soupire, ne désire l’avènement prochain, très prochain d’un monde bien meilleur pour le peuple, un monde où brillera toute la Justice !... enfin ! Un monde sans iniquités, sans guerres, sans privilèges de race de naissance !... une "France très libre et très heureuse !"... en somme, sans Bourse ! Sans Police ! Sans Casernes !... Oui ! Tel quel... Ce petit youtre pluri-milliardaire ne pense qu’aux malheurs du peuple chaque jour davantage... Au Cercle, au Bois... au Cul... à sa Banque... toujours au Peuple !... L’Humanité le hante littéralement !... son intime mission... Systole contre diastole... Ses pulsations sont celles du peuple... Il "bat" avec le peuple... Il fut créé, mis au monde, pour aller au peuple, comprendre le peuple, comme Mr. Blum-Latige, réaliser, lui aussi comme Mr. Blum-Latige, tout le programme du Front Populaire !... fleurir pour le Front Populaire !... Ah ! Mais... Ah ! Mais... Voilà. Il aurait voté lui aussi, soyez tranquilles, Rosenthal, tout à fait comme Mr. le baron de Rothschild, pour le Front Populaire et l’alliance franco-soviétique. C’est un prolétaire terrible sous des apparences ingrates, ce petit banquier Rosenthal ! tout à fait comme MM. Warburg, Loeb, Jacob Schiff, Kérensky, Trotzky, Zaharoff et Blum... exactement. Ah ! Systole... diastole... Il le comprend d’instinct le peuple, de tout son instinct de Juif... les aspirations de l’ouvrier, les malheurs de l’ouvrier... sont ses propres aspirations... ses propres malheurs !...

Et maintenant le film s’occupe de nous, attention ! Aryens de l’intelligence !... Attention ! Contraste ! Notre élite : Intellectuels, noblesse aryenne, bourgeoisie aryenne se démontre absolument, radicalement, grotesquement, incapable de comprendre un traître mot aux revendications du peuple ! Ah ! C’est navrant... mais c’est  ainsi !... Pervers, monstrueux égocentriques ! Quels saligauds ! Irrémédiables ! Quels monstres... Quels super-brutes !... Infinies !... En marge de toute évolution... Conclusion ! Cette "élite" aryenne doit passer la main aux Juifs, et tout de suite, et disparaître !... C. Q. F. D. Implacable décret de l’Avenir !... Boum ! Blum !... Ils retardent, sabotent, ces sinistres, le merveilleux essor social, absolument évident ! L’éclosion des Soviets ! Ouvriers + Juifs rédempteurs, le Règne juif pour tout dire : Alors ?... A temps nouveaux ! Hommes nouveaux !... Le Juif, "homme nouveau" ! C’est une trouvaille... (Voyez en Russie 10 millions de blancs exécutés par les hommes nouveaux juifs.)

Ce film se révèle décidément, tout à fait riche en haute propagande, en nombreux examens de conscience, en "récapitulations"... Il nous fait comprendre entre autres très précieuses vérités, que les "Aristocrates" ont toujours pour leur part, désiré, voulu. Appelé la guerre de tous leurs vœux ! Tiens ! Tiens ! Tiens !... Je veux bien... mais ne restons pas en route ! Éclairons tout à fait notre lanterne !... Ce passage est obscur... Prévenons très loyalement, très scrupuleusement l’auditoire que ladite aristocratie, française, allemande, anglaise, très copieusement mariée, alliée aux banques juives, n’est en stricte vérité qu’une des tribus de la Juiverie...

Les représentants de ladite aristocratie s’empressent de commenter, de justifier avec quel empressement ! Quel enthousiasme ! L’arrêt de mort qui les condamne... et c’est le clou du film ! Ils ont grand peur que nous ne comprenions pas !... Ils renchérissent ! "Grand merci ! Soyez bénis, s’écrient-ils, Messieurs les Jurés Juifs ! Vous avez joliment bien fait de nous condamner à mort ! Comme c’est tapé !... Ah ! Nous ne l’avons pas volé ! Ah ! Nous le sommes irrémédiables ! Imbéciles ! Sanguinaires ! Frivoles ! Égoïstes ! Sauvages ! Catastrophiques !... Ah ! Comme il est salutaire, absolument impérieux pour le bonheur du genre humain, que nous y passions... Nous sommes, c’est parfaitement exacts, absolument monstrueux !... Encore un cigare, cher vicomte ?...  Et maintenant pour vous épargner, ô chers jurés juifs, toute peine superflue, de vous salir un peu les mains, nous allons nous mettre en devoir de nous massacrer mutuellement... Avec quelle joie ! Séance tenante ! À votre commandement juif !" Un ! Deux ! Trois !... Et ils font comme ils annoncent !... au son d’une flûte !... Et c’est parfait !... Ils déblayent le terrain !

Ces simiesques ou fragiles matamores, tout entichés de préjugés bien rances, finement moisis, ces furieux de naphtaline en sursis de "collections" aspirent au néant ! Ils en hurlent ! Parfait ! On leur en donne ! Et d’entonner leur propre "Dies irae"...

Les Juifs : "Bravo ! Bravo ! Très beau courage ! Magnifique allure ! Splendide attitude...".

Quant à l’intellectuel aryen, le "Pindare" de cette aventure, on nous le présente dès le début, rendu déjà en tel état de futilité, de gâtisme précoce, d’inconsistance, de rabâchage bulleux, qu’il se dissipe tout seul dans le cours du film... Nous le perdons... évaporé...

Cette "Grande Illusion" nous célèbre donc le mariage du simple, fruste, petitement démerde ouvrier aryen, confiant tourlourou devenu monteur, avec le petit Juif, djibouk, milliardaire, visqueux Messie, demain tout naturellement Commissaire du Peuple, prédestiné. Tout ce qu’il faut pour réaliser le Soviet juif-ouvrier, le strict nécessaire, rien de trop, rien de moins ! L’Avenir monte son ménage ! Le Sinaï vient de tonitruer pour la troisième fois : "Pelure de Goye, quitte plus ton youtre ! Ou ça va chier horriblement ! Le Juif, c’est ton ange gardien !...". Et tout de suite ces sentences pénètrent au profond du cœur aryen !

Mordez ce pilote d’aviation qui ne sait même plus lire une carte du moment où le petit Juif prend le commandement ! l’est-ce suffisamment symbolique ?

Et vous, là, Mr. Figure !... Mr. Chèvre et Chou !... qui n’êtes rien de bien avouable... ni militaire... ni militant... ni professeur... ni grand duc... ni archevêque... ni milliardaire... ni Juif... ni manœuvre... Que restez-vous là, planté ?... Vous attendez peut-être un rôle ?... Qu’attendez-vous pour disparaître ?... Allons, youp ! Là... Qu’on vous pousse ?... Allons, un peu de courage !... Vous encombrez ! Vous êtes grotesque ! Vous êtes obscène ! Vous n’êtes pas de la noce !... Que foutez-vous ici ?... Votre seule présence est immonde ! Vous décomposez l’air... Comprenez-vous les symboles ?... Le marc de café ?... Allons oust ! Un peu d énergie !... Les pistolets sont sur la table !... Tous ces acteurs se donnent du mal !... Ne demeurez pas insensible !... figé !... Sachez finir bellement !... Il est temps !... Il est "moins cinq" juif ! – La Grande Illusion ? – "L’Univers Israélite" ne saurait s’y tromper, voici ce qu, il nous déclare :

"... L’un des meilleurs films que la guerre ait inspirés :

"La Grande Illusion", nous a donné, cet hiver, à ce propos une belle scène d’un symbolisme bien français. Deux prisonniers de guerre, de conditions et d’origines très différentes (ouvrier aryen, "millionnaire juif) dont les épreuves communes ont fait deux camarades, avant de tenter une dangereuse évasion, se séparent : "Au revoir, sale Juif !" dit affectueusement l’un. "Au revoir, vieille noix !", répond vigoureusement l’autre. Et les deux soldats se séparent après une émouvante accolade. Ils se retrouvent... Ils se réunissent..."

Grande Illusion ? Grande Illusion ?... Ah ! bien certes, oui ! la Grande Illusion !... Et comment ! L’Énorme Illusion ! Au Prodige ! Belzébuth ! Moloch ! A vos ordres ! la formidable myriacube stratosphère d’Illusion ! Nom de Dieu ! La plus suprémifique illusion du plus pharamineux Têtard qu’on aura jamais fourgué pour la surfusion des pyrites dans la prochaine Bacchanale ! L’Idéofournaise Mongo-youtre 1940 !

Les Américaines yankees, qu’on entend pousser de tels cris, créer de tels raffuts, d’universels hurlements (lynchages, pétitions, procès, etc.) dès q’un nègre les encule (en public !) comment qu’elles se marient aux Juifs ! et à toute berzingue ! et tant que ça peut ! et plein les miches ! Les Juifs font prime comme épouseurs aux États-Unis. Le Juif est vicieux, le Juif est riche, le Juif bourre bien. Le Juif "négrite", bien plus bas que le nègre.

Encore un flan très prodigieux cette fameuse barrière des races U. S. A. ! Une barrière en bites ! Mais minute ! Je vais, à mon tour, vous dire un peu l’avenir : Un jour, les Juifs lanceront les nègres, leurs frères, leurs troupes de choc sur les derniers "cadres" blancs, les réduiront, tous ivrognes, à l’esclavage. Harlem sera le quartier "blanc"... Les nègres en bringue, ils iront voir, ils feront danser les blancs pour eux, la "blanc-boula".

"Il faut avoir vécu dans les coulisses de la Politique pour se rendre compte que le monde est dirigé par des personnes tout à fait différentes de celles que s’imagine le peuple."

Disraëli-juif,

Premier ministre d’Angleterre

Toujours certains Juifs, depuis l’Égypte, depuis Moise, grand occultiste, se sont signalés par leur pouvoir "pronostiqueur", Juifs, dervicheurs, prophètes, hermétistes, incantateurs, initiés, talmudistes, féticheurs, khabalistes, mages, francs-maçons, messies, gris-gris, djibouks, etc., toute la sauce.

Ces spécimens superhumains, forment, au-dessus de la juiverie, le super-clan des guides mystiques, toujours écoutés, toujours suivis, en fait les véritables chefs de l’univers juif. Il en est ainsi d’ailleurs de tous les régimes asiates ou nègres. Les Juifs gardent comme leur plus précieux trésor toute leur magie noire sous la peau.

Dans toutes les époques de bouleversement l’on voit surgir, c’est automatique, leurs représentants prophétiques, les devins, leurs oracles juifs... Nostradamus... Cagliostro... Mesmer... Marat... Marx... etc. Ces Juifs, super-juifs, encore plus "émetteurs de maléfices" que les autres youtres, semblent à travers leur charabia posséder cependant le sens, la prémonition des grandes crises, des grands bouleversements juifs... Ce sont des "cataleptiques hébraïques mondiaux"... Leurs prédictions, leurs avertissements, sont très souvent admirables de justesse et de pertinence. Ils se trompent, mais souvent ils tombent pile... Ainsi Nostradamus, vers 1620. Annonçait déjà fort exactement, la date de notre grande Révolution 1793 (date écrite)... Nous aurions tort de nous moquer... Moise  avait bien fait les choses... Il avait doté son petit trachomateux peuple, pas fait pour voir clair du même côté que nous, de très curieuses armes, les mystères Khabalistes ne sont peut-être pas tous aussi vains, charabiatiques et phrasuleux que le prétendent nos petits malins "expérimentalistes", athées, positifs, dupés et cocus de toujours. Un petit sortilège qui vous culbute successivement l’Empire Égyptien, l’Empire Romain, la Monarchie Française, l’Empire Napoléonien, l’Empire Allemand, l’Empire Russe, demain toute la démocratie, l’Empire Britannique n’est pas un mirliton... Et je compte pour rien les Croisades, la Réforme, etc., qui sortent toutes aussi bel et bien du même philtre...

Trouvons-nous encore, de nos jours parmi nous, quelques prophètes de cette grande lignée ?... de la même force ?... même envergure ? Certainement !... Le fameux "Protocole des Sages de Sion", n’est pas autre chose qu’une vaticination de ce genre, une de ces hystéries divinisantes juives, dont on se gausse à première lecture, tellement à première vue elles relèvent par le ton, le fond, le style du tétanisme, de la fumisterie d’Asile, des farces de P. G. des écrits de "camisole", de l’insanité, de la furie vicieuse, trompeusement cohérente par hasard... et puis... et puis l’on découvre à l’usage... avec le temps... qu’elles furent parfaitement raisonnables... que de tels frénétiques, fanatiques abracadabrants fantasmes, correspondent très exactement à l’évolution des choses... C’est l’évolution des choses qui vient se superposer très exactement, géométriquement, miraculeusement sur de tels cauchemars. Et nous n’en revenons pas... Le pronostic des fous se vérifie... Toute notre connerie n’est pas faite seulement de crédulité, il faut en convenir, elle est faite aussi de scepticisme. Ces Protocoles publiés vers 1932 ont très exactement prédit tout ce qui s’est passé de juif dans le monde depuis lors... et il s’en est passé des choses juives dans le monde !... La vérité juive c’est sa couleur, son rythme, s’exprime dans les transes, c’est une vérité de forêt vierge... Dans le genre "visionneur" nous avons peut-être encore mieux que des Protocoles, plus substantiel, plus bref, plus haineux si possible... Ainsi le discours que l’on connaît assez peu, du rabbin Rzeichhorn, prononcé au cimetière de Prague en 1865 sur la tombe d’un autre grand rabbin prophétique, Siméon-ben-Jahouda. Ce texte ne fut reproduit que onze années plus tard dans le "Contemporain"... et puis dans le "Compte Rendu" de Sir John Radcliff. Les auteurs de cette reproduction n’emportèrent pas leur audace en  paradis... Sir John Radcliff fut tué peu de temps plus tard, ainsi que Lasalle, le juif félon, qui l’avait communiquée.

Voici les principaux passages de cette magnifique composition, si prophétique, l’on s’en rendra compte :

« L’or manié par des mains expertes sera toujours le levier le plus utile pour ceux qui le possèdent et objet d’envie pour ceux qui ne le possèdent pas. Avec l’or on achète les consciences les plus rebelles, on fixe le taux de toutes les valeurs, le cours de tous les produits, on subvient aux emprunts des États qu, on tient ensuite à sa merci. »

« Déjà les principales banques, les Bourses du monde entier, les créances sur tous les gouvernements sont entre nos mains. L’autre grande puissance est la presse. En répétant sans relâche certaines idées, la presse les fait admettre à la fin comme des vérités. Le Théâtre rend des services analogues (le cinéma c et la T. S. F. n, existaient pas alors). Partout le théâtre et la "presse obéissent à nos directions. »

« Par l’éloge infatigable du régime démocratique, nous diviserons les chrétiens en partis politiques, nous détruirons l’unité de leurs nations, nous y sèmerons la discorde. Impuissants, ils subiront la loi de notre Banque, toujours unie, toujours dévouée à notre cause. »

« Nous pousserons les chrétiens aux guerres en exploitant leur orgueil et leur stupidité. Ils se massacreront et déblaieront la place où nous pousserons les nôtres. »

« La possession de la terre a toujours procuré l’influence et le pouvoir. Au nom de la justice sociale et de l’égalité, nous morcellerons les grandes propriétés; nous en donnerons les fragments aux paysans qui les désirent de toutes leurs forces, et qui seront bientôt endettés par l’exploitation. Nos capitaux nous en rendront maîtres. Nous serons à notre tour les grands propriétaires, et la possession de la terre nous assurera le pouvoir. (La Palestine n’est pas autre chose qu’un camp d’entraînement de commissaires juifs à l’Agriculture pour la prochaine Révolution mondiale.) »

« Efforçons-nous de remplacer dans la circulation, l’or par le papier- monnaie; nos caisses absorberont l’or, et nous réglerons la valeur du papier, ce qui nous rendra maîtres de toutes les existences. »

« Nous comptons parmi nous des orateurs capables de feindre  l’enthousiasme et de persuader les foules; nous les répandrons parmi les peuples, pour annoncer les changements qui doivent réaliser le bonheur du genre humain. Par l’or et la flatterie, nous gagnerons le prolétariat, qui se chargera d’anéantir le capitalisme chrétien. Nous promettrons aux ouvriers des salaires qu’ils n’ont jamais osé rêver, mais nous élèverons aussi le prix des choses nécessaires, tellement que nos profits seront encore plus grands. »

« De cette manière, nous préparerons les révolutions que les chrétiens feront eux-mêmes et dont nous cueillerons les fruits. »

« Par nos railleries, par nos attaques, nous rendrons leurs prêtres ridicules, et puis odieux, leur religion aussi ridicule, aussi odieuse que leur clergé. Nous serons alors maîtres de leurs âmes. Car notre pieux attachement à notre religion, à notre culte, leur prouvera la supériorité de nos âmes... »

« Nous avons déjà établi de nos hommes, dans toutes les positions importantes. Efforçons-nous de fournir aux goyims des avocats et des médecins; les avocats sont au courant de tous les intérêts; les médecins une fois dans la maison, deviennent des confesseurs et des directeurs de conscience. Mais surtout accaparons l’enseignement. Par là, nous répandrons les idées qui nous sont utiles, et nous pétrirons les cerveaux à notre gré. »

« Si l’un des nôtres tombe malheureusement dans les griffes de la Justice chez les chrétiens, courons à son aide; trouvons autant de témoignages qu’il en faut pour le sauver de ses juges, en attendant que nous soyons nous-mêmes les juges. »

« Les monarques de la chrétienté, gonflés d’ambitions et de vanité, s’entourent de luxe et d’armées nombreuses. Nous leur fournirons tout l’argent que réclament leurs folies, et nous les tiendrons en laisse. »

Rappelons pour plaisir et pour mémoire, les principales dispositions des Protocoles (souvenons-nous 1902). Rien n’est plus revigorant que cette lecture pour un Aryen. Elle vaut pour notre salut bien des prières qui se perdent... Dieu sait comment ! Entre ciel et terre...

« Encourager le luxe effréné, les modes fantastiques, les dépenses folles et éliminer graduellement la faculté de jouir des choses saines et simples... »

« Distraire les masses par les amusements populaires, les jeux, les compétitions sportives, etc., amuser le peuple pour l’empêcher de penser. »

« Empoisonner l’esprit par des théories néfastes; ruiner le système nerveux par le vacarme incessant et affaiblir les corps par l’inoculation de virus de diverses maladies. (Le petit juif Rosenthal le répète dans la "Grande Illusion".) »

« Créer un mécontentement universel, et provoquer la haine et la méfiance entre les classes sociales. »

« Dépouiller l’aristocratie, aux vieilles traditions, de ses terres, en les grevant d’impôts formidables, la forçant ainsi de contracter des dettes; substituer les brasseurs d’affaires aux gens de race et établir partout le culte du Veau d’Or. »

« Envenimer les relations entre patrons et ouvriers par des grèves et des "lock-out" et éliminer ainsi toute possibilité de bons rapports d’où résulterait une coopération fructueuse. »

« Démoraliser les classes supérieures par tous les moyens et provoquer la fureur des masses par la vue des turpitudes et des stupidités commises par les riches. »

« Permettre à l’industrie d’épuiser l’agriculture et graduellement transformer l’industrie en folles spéculations. »

« Encourager toutes sortes d’utopies afin d’égarer le peuple dans un labyrinthe d’idées impraticables. »

« Augmenter les salaires sans bénéfice aucun pour l’ouvrier, vu la majoration simultanée du coût de la vie.. ».

« Faire surgir des incidents provoquant des suspicions internationales; envenimer les antagonismes entre les peuples; faire éclore la haine, et multiplier les armements ruineux. »

« Accorder le suffrage universel, afin que les destinées des nations soient confiées à des gens sans éducation. »

« Renverser toutes les monarchies et établir partout des républiques, intriguer pour que les postes les plus importants soient a confiés à des personnages ayant à cacher quelques secrets inavouables, afin de pouvoir les dominer par la crainte d’un scandale, les tenir par la Police. »

« Abolir graduellement toute forme de Constitution, afin d’y substituer le despotisme absolu du Communisme. »

« Organiser de vastes monopoles dans lesquels sombreront toutes les fortunes, lorsque sonnera l’Heure de la crise politique. »

« Détruire toute stabilité financière; multiplier les crises économiques et préparer la banqueroute universelle; arrêter les rouages de l’industrie; faire crouler toutes les valeurs; concentrer tout l’or du monde dans certaines mains; laisser des capitaux énormes en stagnation absolue; à un moment donné suspendre tout crédit et provoquer la panique. Préparer l’agonie des États, épuiser l’humanité par la souffrance, les angoisses et les privations, car la faim crée des esclaves. »

Tout ceci colle, concorde, je le pense admirablement avec les événements en cours. Le Juif Blumenthal était donc dans son plein droit, en écrivant pour qu’on le sache, dans le "Judisk Tidskrift " (No 57, année 1929) :

« Notre race a donné au monde un nouveau prophète, mais il a deux visages et porte deux noms, d’un côté son nom est Rothschild, chef des grands capitalistes, et de l’autre côté Karl Marx, l’apôtre des ennemis du Capitalisme. »

Voici des paroles substantielles et de plus tout à fait exactes. Dans les grandes heures du Destin, quand les cartes s’abattent... Mr. Rothschild et Mr. Marx auparavant séparés, se retrouvent tout à fait d’accord, admirablement d’accord pour nous filer au cassepipe, "compères de compères", nous faire tourner en boudins. C’est la jolie règle du jeu juif, le Suprême du théâtre juif. Premier acte : dispute... troisième acte... accord parfait pour nous débiter la tripe.

Trotzky-Mexique, sachez-le, s’accordera, au moment suprême admirablement, au sang, le nôtre, avec Litvinoff-Moscou, Baruch-Washington et Samuel-Cité pour nous filer aux mitrailleuses. Pas un petit fifrelin de doute n’est permis à cet égard. La parade de la haine à mort, entre Juifs, c’est un bidon pour nous les cocus... pour Durand... pour le caporal Peugeot. Il est tout à fait officiel, cent fois prouvé, par documents irréfutables, que les premiers fonds décisifs de la Révolution bolchevique 17, furent fournis à Trotzky par les banquiers américains, de la haute finance juive (12 milliards, puis 125 milliards).

Les mêmes ou leurs descendants qui se retrouvent à présent autour de Roosevelt, le fat ventriloque, préparant la Prochaine... Ce sont ces mêmes Juifs du Grand Veau d’Or qui commandent avec la Cité, New-York et Moscou, le monde, la guerre et la paix, à savoir Jacob Schiff, Gugenheim, Barush, Breitung, Loeb et Cie, Félix Warburg, Otto Kahn, Mortimer Schiff, Hanauer. (Rapport du Service secret américain, 1917, 2e Bureau.)

Vous vous souvenez peut-être des noms des principaux chefs de la Révolution bolchevique 17 – Tous juifs.

"Lénine de son vrai blase Oulianoff (1/2 juif) – Trotzky – Bronstein – Zinovieff (Apfelbaum) – Kameneff (Rosenfeld) – Dan (Gourevitch) – Ganezky (Furstenberg) – Parvus (Helphand) – Uritsky (Pademisky) – Larine (Lurge) – Bohrine (Nathason) – Martinoff (Zibar) – Bogdanoff (Zilberstein) – Garine (Garfeld) – Suchanoff (Gimel) – Kamnleff (Goldmann) – Sagersky (Krochmann) – Riazanoff (Goldenbach) – Solutzeff (Bleichmann) – Pianitsky (Ziwin) – Axelrod (Orthodox) – Glasounoff (Schultze) – Zuriesain (Weinstein) – Lapinsky (Loewensohm). L’auteur désire ajouter que certains auteurs sont convaincus que la mère de Lénine était une Juive.. Lénine était un Juif (kalmouk) marié à une Juive (Kroupskaya) dont les enfants parlaient le yiddish (Herbert Fitch, détective de Scotland Yard qui avait épié Lénine comme garçon de table pendant des mois déclara qu’il était typiquement juif). Rapport "Secret Service".

Dans le "German Bolchevik Conspiracy", page 27, publié par le "Committee of Public Informations, Washington D. C.", en octobre 1918, nous apprenons que :

"Max Warburg avançait de l’argent aux bolcheviques : "Stockholm... 21 septembre 1917 : M. Raphaël Scholak, Haparand : "Cher Camarade. – En conformité avec un télégramme du "Westphalian Rhineland Syndicate, la banque Max Warburg et C· "nous informe qu’un crédit a été ouvert à l’entreprise du Camarade Trotzky." (signé) J. Furstenberg.

"Jacob Schiff paraît avoir donné 12 000 000 de dollars pour "la révolution russe de 1917" (premier versement).

Dans le livre de Mme Netsa H. Webster, "The Surrender of an Empire", p. 74-79, nous trouvons des renseignements additionnels sur la montée du bolchevisme.

"Il semble que le nom véritable de l’individu mentionné dans la section III ci-dessus sous la désignation de Parvus, est Israël Lazarevitch Helphand, un Juif de la province de Minsk, en Russie blanche. Vers la fin du siècle dernier il prit part à un travail révolutionnaire à Odessa. En 1886, il s’en alla à l’étranger et finalement après plusieurs pérégrinations, s’en vint à Copenhague où il amassa une grande fortune, comme agent en chef de la distribution du charbon allemand au Danemark, travaillant par l’entremise du parti social danois.

Le Docteur Ziv, dans sa "Vie de Trotzky", relate que lorsqu’il a était en Amérique, en 1916, il demanda à Trotzky : "Comment va Parvus ?..." A quoi Trotzky répondit laconiquement : "Il est en train de compléter son douzième million."

C’est ce Juif, multimillionnaire qui, après Karl Marx, fut le plus grand inspirateur de Lénine. Ce fut par l’intervention de Parvus que Lénine fut envoyé en Russie.

La Russie n’est pas le triomphe des travailleurs, mais ne semble être qu’un gigantesque placement des capitalistes juifs pour leurs propres fins.

Tout ceci n’est pas le résultat d’un accord éphémère entre Juifs et bolcheviques. Partout il en fut ainsi :

"En Hongrie, les grands chefs furent les Juifs Béla Kun, Agoston Peter, Grunbaum, Weintein; en Bavière, ils s’appelaient : Kurt Eisner, Loewenberg, Birbaum, Kaiser ; à Berlin la tentative de révolution eut pour chefs Rosa Luxembourg, Lewisohn, Moses; en Chine l’organisateur du bolchévisme est le Juif Borodine-Crusenberg ; en Italie le chef marxiste était le Juif Claudio-Trèves; au Brésil où la récente insurrection marxiste avait comme chefs les Juifs Rosenberg, Gardelsran, Gutnik, Goldberg, Strenberg, Jacob Gria et W. Friedmann ; en Espagne enfin, où la révolution rouge fut organisée par le Juif Béla Kun, entretenue par le Juif Rosenberg et "légitimée" à la Société des Nations par le Juif Del Vayo."

Et d’ailleurs tous ces événements tombent dans l’ordre des choses qu’avait prévu le Juif Baruch Lévi (un autre prophète), dans sa lettre à son ami Karl Marx (de son véritable nom Karl Mordechai, fils du Rabbin de Trèves) :

Dans la nouvelle organisation de l’humanité, écrivait Barush Lévi au doctrinaire du socialisme juif, les enfants d’Israël se répandront sur toute la surface du globe et deviendront partout, sans opposition, l’élément dirigeant, surtout s’ils arrivent à imposer aux classes ouvrières le ferme contrôle de quelques-uns d’entre eux. Les gouvernements des nations formant la République universelle, passeront sans effort aux mains des Juifs sous le couvert de la victoire du prolétariat. La propriété privée sera alors supprimée par les gouvernants de race juive, qui contrôleront partout les fonds publics. Ainsi se réalisera la promesse du Talmud que, lorsque le temps du Messie arrivera, les Juifs  posséderont les biens de tous les peuples de la terre". (Lettre citée dans la "Revue de Paris", 1er juin 1928, page 574).

Les grands Juifs sont fiers, et ils n’ont pas tort de leur révolution bolchevique 17, le grand Rabbin Juda L. Magnes, New-York, 1919, nous fait ainsi part de sa joie :

Les qualités radicales qui sont dans le Juif vont au fond des choses, en Allemagne il devient un Marx et un Lassalle, un Haas et un Édouard Bernstein; en Autriche il devient un Victor Adler et un Friedrich Adler, en Russie un Trotzky. Voyez la situation présente en Allemagne et en Russie. La Révolution met en action les forces créatrices du Juif, voyez quel grand contingent de Juifs est immédiatement prêt pour la  bataille. Socialistes, révolutionnaires, mencheviks, bolcheviks, socialistes majoritaires, minoritaires, de quelque nom qu’on les appelle, on trouve dans tous ces partis des Juifs comme leurs chefs dévoués et comme leurs travailleurs réguliers."

Mr. Cohan, dans le journal "The Communist" de Kharkov, n° 72, 12 avril 1919, nous paraît lui aussi fort content :

"On peut dire sans exagération que la grande révolution russe a été faite par la main des Juifs... Ce furent précisément les Juifs qui conduisirent le prolétariat russe à l’aurore de l’Internationale".

Il se dégage de tout ceci, nous nous pressons d’en convenir, un certain relent "d’Ambigu"... De carbonarisme à la manque... De complots farciformes... de prolongements gris muraille... De maffia... De pas au plafond...De grand guignol... Quelque chose de "Tour de Nesle"... Qui vous incite énormément à la rigolade... Cette bonne blague... "Y a du Juif partout"... Vous pensez que de ce côté, nous ne saurions être en retard... Je suis moi même assez sensible pour ce qui est du ridicule... Mais tout de même, il y a les noms... les personnes, les événements... ce regroupement immanquable, irréfutable, instantané, implacable, des plus croassants, virulents, acharnés, voraces juifs autour de chacune de nos catastrophes... Comme un envol de mille corbeaux d’enfer, sur les lieux mêmes de tous nos désastres. Ceci ne s’invente pas.

Outrances !... Billevesées de polémistes !... Divagations de rabbins faméliques... Fiévreux !... Illuminations de vieux khabalistes !... Chimères de synagogues !... Fugaces coïncidences de quelques vilains délires ! C’est vite dit...

Allez-vous me répondre au surplus que tous ces falbalas d’imprécations datent des âges obscurs... qu’à présent, nos grands, nos  plus éminents Juifs sont parfaitement émancipés de la tutelle de leurs crasseux rabbins que nos grands youtres modernes, sont tous, eux, infiniment "progressistes" à tout rompre, insatiablement assoiffés de Science Expérimentale et de Lumière franc-maçonne, de statistiques, intellectuellement super-raffinés, affranchis... que toutes ces manigances et ces vociférations, ces divinations super-khabalistes, les portent à sourire absolument... comme nous sourions nous autres à la Transsubstantiation, de la Résurrection du Christ... Manigances en somme puériles, de pauvres djibouks aux abois, superstitions oraculeuses... vieux débris grinçants de l’épouvantail biblique... sottises...

Vous pourriez peut-être me répondre que les Grands Juifs, de la grande influence mondiale juive, n’entretiennent plus avec leurs rabbins et leurs synagogues que des relations assez floues... assez distantes... vagues... juste le minimum... la simple politesse... qu’ils ont d’autres chats à fouetter... ces grands Juifs... plus sérieux... Bien.

Savez vous que le pouvoir exécutif de toute la juiverie mondiale s’appelle le "Kahal" ?... Assemblée des Sages d’Israël ?... Vous souvenez-vous que Napoléon, inquiet du pouvoir universel juif, tenta de capter les forces du Kahal à son profit, de faire servir le Kahal à sa propre politique mondiale napoléonienne, de le fixer tout d’abord en France, ce Kahal, sous le nom de "Grand Sanhédrin"... Et qu’il échoua, Napoléon, piteusement, très fatalement dans cette entreprise. (Il y avait tout de même quelque chose de cocu dans Napoléon.) Savez-vous de quelle façon le Juif Léon Say commentait plus tard à la tribune du Parlement cette grande défaite napoléonienne, certainement la plus décisive de toutes, cause majeure, sans aucun doute, de sa grande débâcle. "La force mystérieuse de la finance à laquelle on ne résiste jamais, même quand on s’appelle Napoléon."

Nous qui ne sommes pas Napoléon, notre sort encore plus que le sien dépend entièrement du bon vouloir des grands Juifs, des "grands occultes". Il n’est pas idiot de penser que notre destin se discute certainement encore dans les consistoires du Kahal, autant que dans les Loges et bien davantage. Précisons, pour la France, le Consistoire Central est dirigé par le grand Rabbin Israël Lévi. Le président nul seigneur moindre que le roi de France lui-même, c’est-à-dire le baron Édouard de Rothschild... Les vice-présidences, assurées par MM. Bloch-Laroque et Helbronner  (Conseiller d’État)... Voyez que l’on demeure assez pratiquant en très haut lieu... MM. Oualid et Weisweiller sont trésoriers (ils ne doivent pas être très souvent en difficulté)... Les membres du Consistoire central représentent, non seulement Paris, mais les petits "Kahals" des diverses régions françaises, Loges... etc.

 

Voici la liste (absolument rien de secret), dans l’Annuaire1937-38.

 

Aboucaya Léon.

Bader Maurice.

Baur Marcel.

Blum Jules.

Bodenheimer Henri.

Brisac Jules.

Cahen Adolphe.

Cahen Albert.

Cahen d’Anvers.

Debre Simon, Grand Rabbin.

Dorville Armand.

Ducas Raymond.

Eudlitz Moise, Dr.

Hayem Jules.

Helbronner Paul.

Jacob Elie.

Klein Dr.

Leven Georges.

Matchou Dr.

Merzbach Georges.

Moch Fernand.

Mossé Armand.

Naiditch Isaac.

Nedjar Maurice.

Olchanski R.-A.

Propper Michel.

Rothschild Robert (Baron de).

Salzedo Mosès A.

Sananès.

Sée Jacques.

Simon Jules.

Trèves André Dr.

Weill Mathieu.

Wormser Georges.

Sachs, à Paris.

Bakouche André, Constantine.

Behr Simon,
Nancy (M.-et- M.).

Geismar Pierre,
Neuilly-sur Marne.

Kahn André, Lunéville.

Lajeunesse Henri, Lille.

Lang René, Lyon.

Messiah B.,
Saint-Pierre-les-Elbeuf (S. Inf.).

Risser Gaston, Rouen.

Seches (Grand Rabbin),
Lyon.

Seiligmann André,
Vaucouleurs (Meuse).

Sommer Léon, Tours.

Wormser Achille, Dijon

 

.

 

Les Loges maçonniques comptent toujours parmi leurs adhérents un très grand effectif de "frères pougnassons", simples petits êtres anxieux d’améliorer leur petit bœuf... leur consistance matérielle... d’assurer, d’amplifier leurs "ronds de cuir", petits ambitieux de comices... désireux petits caids... Ils constituent l’infanterie, le grand effectif besogneux de la Libre Pensée.

Évidemment l’on ne saurait demander à ces pleutres, ces crouilleux petits maquereaux déroutés, autre chose que le salivage "tout venant", la bulleuse jactance électorale... le dégueulage des formules démagogiques, toutes chiées pour Robots saouls... Ils s’en donnent !.. L’on ne saurait à aucun prix les initier, ces cloportes, de grands Desseins. Le Consistoire israélite est précisément formé lui, créé dans ce but, pour l’étude et la manœuvre des grands Desseins juifs. Il est constitué par une élite. Ce n’est plus là l’un de ces petits clans de minces truands sournois, resquilleurs, néo-jésuites, sursoufflés, surfaits, comme il en grouille, c’est fatal, au fond de toutes les Loges... Alouettes mirouettées... Mais non ! Mais non !... Peu de facteurs, plus de loufiats, de terrassiers, de capitaines de pompiers, d’instituteurs, parmi ces éminences... Rien que des personnages de haute condition sociale, de haute culture, rassasiés, sursaturés des plaisirs pour goujats... gueule, cul, salon, etc. plaisirs de ministres...

Amplement libérés de tous soucis matériels, ces véritables "Sages" peuvent se permettre de voir très haut et très loin...  Français, voici vos maîtres !... Ils sont en condition... Mais communistes cependant ?... Et pourquoi pas ?... Certes !...

Communisants tout au moins... Que diable ! tout aussi bien que doriotistes, Laroquistes... Comme l’on veut... qu’importe !... Mr. le Baron de Rothschild (Maurice) vote au Sénat, absolument comme Cachin, la ratification du Pacte franco-soviétique... Le Baron James de Rothschild, maire de Compiègne, se désiste parfaitement aux élections législatives, en faveur du candidat du Front Populaire... Il faut ce qu’il faut...

Mais quel est donc le rôle exact de ce consistoire ?... central ?... Je vais vous l’indiquer...

"Il délibère et statue sur la situation créée par les événements; il décide des mesures qu’il convient d’appliquer. Ainsi s’immisce-t-il dans la vie quotidienne de chaque Juif, et il la dirige, en quelque sorte à tous points de vue. Aussi l’activité de chaque membre de la communauté juive s’exerce-t-elle dans le sens indiqué par le Kahal et dans le seul intérêt du Judaïsme."

Voilà, vous avez compris, caporal Peugeot ?... Ainsi dès l’ouverture du prochain stand "Pour la libération des Peuples", pour la France toujours plus libre et plus heureuse, eh bien vous vous précipiterez !... Le premier rigodon, comme d’habitude mon ami, c’est pour votre thorax de cocu ! Qu’on se le dise !... Le Consistoire et les petits amis du Consistoire ont tous leurs yeux démocratiques fixés, hypnotisés, sur vos tripes ! Ah ! comme les Anglais ! Pas davantage !... mais pas moins !... La guerre et la Paix ?... Juives !...

En définitive, Français "Cocoricos", vous partirez à la guerre, à l’heure choisie par Mr. le Baron de Rothschild, votre seigneur et maître absolu... à l’heure fixée, en plein accord, avec ses cousins souverains de Londres, de New-York et Moscou. C’est lui, Mr. de Rothschild, qui signera votre Décret de Mobilisation Générale, par la personne interposée, par la plume tremblotante de son pantin-larbin-ministre.

Ah ! Si nous avions encore en France, un tout petit peu de couilles... notre petit mot à dire... Ah ! Si nous pouvions rédiger encore la "Timide Supplique"... Mais nous ne pouvons plus rien... Plus un mot à dire... Nous irions ramper à genoux... la corde au cou... jusqu’au Consistoire... le plus humblement du monde... implorer qu’on nous épargne... encore une année... 18 mois... qu’on nous foute la paix une bonne fois pour toutes... "La Paix aryenne"...

Nous recevrait-on ?... Les fameuses 200 familles, aryennes ou pas, mais je vous les donne ! je n’en retiens pas une !... Je vous en fais, moi aussi, le très royal cadeau... Je ne vais pas pleurer sur leur sort infect ! Soyez bien tranquilles ! Tous les Patenôtres, Lederlins, Dupuys... Renaults... Wendels... Schneiders... Michelins et tutti cotys... Mais vous pouvez les emporter... Je leur dois rien... je vous assure... Seulement puisqu’on s’amuse, je voudrais bien alors quand même, que nous jouions franc jeu ! franc jeu jusqu’au bout !... Qu’on n’oublie pas le Consistoire dans la bigorne générale... ni les belles familles associées... Ni les grands trusts youtres affameurs... les L. L. Dreyfus, par exemple (pluri-milliardaires) ni les Baders et consorts... les grands amis de MM. Blum... Mais non !... Mais non !... Pas du tout !... Je ne me régalerai pas de quelques comparses et de quelques raclures apeurées... entités fuyantes boucs émissaires... fondantes Têtes de turc... Mais voyons ! Pas du tout !... Je refuse ces "courants d’air" !... Je veux du solide !... Des réalités !... des vrais responsables !... des "durs de Khabales"... J’ai la dent !... Une dent énorme !... Une vraie dent totalitaire !... Une dent mondiale !... Une dent de Révolution !... Une dent de conflagration planétaire !... De mobilisation de tous les charniers de l’Univers ! Un appétit sûrement divin ! Biblique !...

Ni promesse, ni serment n’obligent le Juif à l’égard des chrétiens

Le Talmud

A présent la bonne grosse tranche de ce beau Thorez... sur sa couverture "Ma vie"... bonne grosse bouille bien offerte... Boubouroche en triomphe... Invraisemblable !... en bras de chemise... bien en chaleur, bien en chair, bien vain, bien poupin... l’Aryen idéal pour prestidigitateur juif... Le cocu rêvé... Le sergent tout frais promu... ravi... exultant... tout en "roue"... première sortie !... miroitant du galon... Pitié !...

Quelle splendide pièce à promener dans la cage aux vampires ! Quel propice, savoureux dindon ! Pauvre innocent super-guignolet !... Voici donc le bébé-führer !... L’arroseur arrosé !... qui va jouer notre pauvre petite partie, déjà si compromise, sur les damiers internationaux ?... contre la clique des maquignons politiques, diplomates, "gris-gris", commissaires juifs, la plus rusée, la plus perverse, la plus complexe, la plus faisandée, maléfiante, torve, vénéneuse, scorpionique imaginable !... Le ramassis de fripouilles, djibouks, agents doubles, magiciens, bourriques, illusionnistes charlatans, le plus complet, le plus blindé, le mieux assorti, le plus raciste, le plus effronté de la planète, bonneteurs avérés, chevronnés, sorcelleux, officieux, officiels, vertigineux, de l’intrigue maléfique, magique, à centuple fond, de l’esquive, des cent mille passe-passes asiates, des tarots qui assassinent, des déserts miragineux... des cadavres sans tête... des cordes sans pendus... des mots

Les non-Juifs ont été créés pour servir le Juif jour et nuit.

Le Talmud

Les Juifs, directement ou par personnes interposées, possèdent en France les Trusts suivants soit 750 milliards sur les 1 000 milliards de la fortune française :

 

Trust des Banques et de l’Or.

– de l’Alimentation.

– des Articles de Paris

– de la Fourrure.

– de la Confection et des Bas.

– des Pétroles et de ses Dérivés.

– de l’Ameublement.

– de la Chaussure.

– des Transports et Chemins de Fer.

– de l’Électricité.

– de l’Eau et du Gaz.

– des Produits Chimiques et Pharmaceutiques.

– des Agences Télégraphiques.

– des Stupéfiants.

– des Armements.

– des Gaz de Combat.

– des Grands Moulins.

– du Blé.

– de la Presse et du Journalisme.

– des Objets de Piété.

– de la Maroquinerie.

– de l’Industrie du Livre.

– des Magasins à Prix Uniques.

– des Théâtres (auteurs et salles).

– du Cinéma (Studios).

– des Ventes (Bandes noires).

– de l’Automobile (en formation).

– des Éponges et Fibres pour Brosserie.

– de la Joaillerie.

– de la Spéculation Immobilière.

– de l’Usure et Escroquerie.

– des Stations Radiophoniques.

– des Organisations Politiques.

– des Objets d’Art et Antiquités.

– des Maisons à succursales multiples.

– des Produits Photographiques.

– des Eaux Minérales.

– des Sociétés Immobilières.

– des Grands Magasins.

– des Modes et Haute Couture.

– des Assurances.

– des Cuirs et Peaux.

– des Houillères.

– des Cellules et Moteurs d’Avions.

– des Compagnies de Navigation.

– de l’Optique Médicale.

– de la Bonneterie.

– de la Chemiserie.

– des Fonderies et Forges.

– des Matières Premières (trust mondial).

– des Grandes Brasseries.

– du Tourisme (Grands Hôtels, stations thermales, Casinos, etc.).

– des Raffineries de Sucre.

– des Adjudications Militaires.

– des Lampes T. S. F.

– des Professions Libérales
(en formation).

– et Lisieux ! et le Pape !

 

Il faut être beaucoup plus sot qu’un veau de la première semaine pour ne pas admettre, dans ces conditions, que les Juifs  sont bien nos tyrans... absolus, qu’ils décident absolument, souverainement de notre existence ou de nos suppressions : Révolution, guerre, famine. Dans n’importe quelle société anonyme, lorsque l’un des actionnaires détient la majorité des actions (l’énorme majorité), c’est lui qui commande, les autres obéissent. Autant de fragiles têtards. Et nous ne sommes même pas têtards, nous autres... pas actionnaires !... sous-têtards !

Nous ne devons jamais oublier que...

"C’est à la Franc-Maçonnerie qu’on doit la République de cette époque; que ce sont les Maçons et les Loges qui ont fait la République."

Convent du Grand Orient 1887.

"Le premier acte des Francs-Maçons sera de glorifier la race juive, qui a gardé inaltéré le dépôt divin de la science. Alors ils s’appuieront sur elle pour effacer des frontières."

"Le Symbolisme", revue maçonnique, 1926.

"La Franc-Maçonnerie est une institution juive dont l’Histoire, les degrés, les rites, les mots de passe et les explications sont juifs du commencement à la fin."

Rabbin Wise Isaac,

Israelite of America, 1886.

"La Révolution Internationale est pour demain l’œuvre de la Franc-Maçonnerie."

Bulletin Officiel de la Grande Loge de France,

Octobre 1922.

"Les Hommes au pouvoir en ce siècle n’ont pas affaire seulement aux Gouvernements, aux Rois, aux Ministres, mais encore aux Sociétés secrètes. Au dernier moment elles peuvent mettre à néant tous les accords. Elles possèdent des agents partout, des agents sans scrupules, qui poussent à l’assassinat. Elles peuvent, si elles le jugent à propos, amener un massacre."

Disraeli,

Premier Ministre Anglais.

"L’Esprit de la Franc-Maçonnerie, c’est l’esprit du judaisme dans ses croyances les plus fondamentales; ce sont ses idées, c’est son langage, c’est presque son organisation."

"La Vérité Israélite".

"La Maçonnerie n’est rien de plus, rien de moins que la révolution en action, la conspiration en permanence."

Initiations secrètes au 33e degré.

L’Époque messianique sera l’époque glorieuse où s’accomplira l’extermination des Chrétiens et des Gentils.

Grand Rabbin Ahabanel.


La 13eme partie de "BAGATELLES POUR UN MASSACRE"

de LOUIS-FERDINAND CELINE est ICI

et ICI ses autres pamphlets.

Commenter cet article

zoso 05/02/2007 13:27

Non, pas d'astuce de ma part en tous cas...
C'est over-blog qui décide unilatéralement de couper la colonne pour ajouter de la pub si on ne poste pas un article par mois !!

alain fournier 03/02/2007 21:15

pourquoi rendre ce texte difficile à lire en réduisant la largeur de page,les mots sont coupés!!
peut etre y a t il une astuce?