GÉRARD MANSET EN CONCERT A L'OLYMPIA !

Publié le par Zoso

Dans mon dernier article, je me moquais avec une rare mauvaise fois, (Manset a toujours bien précisé qu'il ne délivrait jamais aucun message dans ses chansons (à part " Manteau rouge")) des textes du dernier album de notre Gégé national "Obok". Ne reculant devant aucun coup bas, je promettais même d'aller le voir lors de son prochain concert, engagement d'autant moins difficile à tenir que je suis fan depuis toujours et que Gérard Manset n'a jamais fait le moindre concert de sa vie (pas depuis qu'il est connu en tous cas) !!


Et qu'est-ce que j'apprends en lisant les articles de presse sur "Obok" .... qu'il s'est enfin décidé !!


Gérard Manset va enfin se produire sur scène !!! L'homme invisible de la variété française (aucune photo non plus) sort de sa légendaire réserve. Voilà qui va faire l'effet d'une bombe auprès des inconditionnels.


Et tant qu'on y est, pourquoi ne pas commencer par l'Olympia...



EXTRAITS :



« Je ne vais pas attendre éternellement. J'en ai assez de cette expression morte du studio. Et l'envie de jouer cet album sur scène, dans un an, à l'Olympia peut-être. Physiquement, mentalement, une épreuve difficile. Reste un certain nombre de vérifications à faire, sur ma mémoire par exemple. Mieux vaut que je ne pense pas au public. Le malentendu commence sur l'affiche. Rien que mon nom est déjà déplacé. Mais j'ai déjà résolu la plupart des problèmes. Il n'y aura pas de photos, pas d'enregistrement. La musique vivante, c'est de la musique périssable. On passe un moment, il n'en restera rien. Je n'ai jamais joué en public, sauf comme guitariste d'un groupe, époque minet du Drugstore, vers 1963-64. Une farce. Quelques concerts en province et soirées à Paris, boissons gratuites et 300 balles chacun. Je chantais «Da Doo Ron Ron». »
Obok. « J'ai enlevé le c d'Obock, bourgade en face de Djibouti. Je me suis approprié un Obok fantasmagorique, mon Ubik de Philip K. Dick, le mirage d'Haddock du «Crabe aux pinces d'or», un Obok ad hoc. Quand je voyage, je ne fais que passer. J'essaie d'être le plus transparent possible. Pas seulement à l'étranger. J'avance sous des sortes de masques en permanence. Je ne comprends pas qu'un artiste s'affiche d'une chapelle ou d'une autre. Ou faut-il être Zola. Mon propos, c'est la dilution, la disparition, la non-interférence. Laisser le monde en l'état. »
Musique. « En studio, sur le plan technique, on est dans l'enfer du McDo musical. Je compose à la guitare acoustique, une Gibson ou une Epiphone quelconque. J'ai deux trois phrases en tête et les accords affluent. Ou je me mets au piano, un Gaveau droit. Je ne peux pas composer sur un autre que le mien parce qu'il est un peu tassé, les marteaux amoindris, les fausses notes ne s'entendent pas trop. C'est une obligation absolue pour l'autodidacte, l'unijambiste que je suis. Mes guitares ne sont pas toujours accordées. Je ne veux pas perdre de temps, l'inspiration s'envole très vite. J'écris les partitions chez moi. Tout est ruminé, mûri avant le studio. Quand j'arrive, je suis dans un état de tension très zen. Les musiciens sont prêts. J'enregistre trois ou quatre titres dans la journée. Parfois une seule prise. Sur cet album, j'ai chanté en même temps. Et puis je fais le montage chez moi, ma petite cuisine comme autrefois au studio de Milan. »
Voyage. « Je ne fais que me rafraîchir la tête et humer les senteurs du passé. Je suis amoureux du Mékong comme de l'Amazone. J'avais la fascination des endroits inaccessibles. Le Laos l'était en 1975. Depuis la Thaïlande, je contemplais la rive opposée du Mékong. Chaque matin sur l'embarcadère, on repêchait les cadavres des boat people. Dès la frontière ouverte en 1990, j'ai pris la première navette pour Vientiane. Aujourd'hui, le pays garde un charme presque intact. »
Artiste. « J'ai pris des milliers de photos en voyage. J'ai un matériel considérable que je ne montre pas. Des livres que je ne publie pas et qui reposent, des dizaines de chansons qui dorment. Ça reste dans des malles. La peinture, j'y pense parfois. Un travail de dessin, de fusain, de pastel, d'eau-forte. Mais il me faudrait dix ans de plus à vivre. »

François Armanet  Nouvel Observateur




Génie. Sombre. Fascinant. Cinglé. Solitaire. Culte. Insaisissable. Voilà des qualificatifs qui reviennent dans les milliers de pages Internet consacrées à Gérard Manset, où un site propose même des « Méditations sur des versets de Gérard Manset ». Cela en dit long sur la vénération dont est l'objet cet artiste parfois difficile à comprendre. Dix-huit albums en quarante ans de carrière, un tous les quatre ans depuis 1985, jamais de scène, jamais de télé : Gérard Manset voyage en solitaire. « Je suis à des années-lumière d'un Gainsbourg, personnage fascinant mais pour lequel je n'ai pas la plus grande estime sur le plan artistique, dit-il. J'étais programmé comme ça et je ne suis pas mécontent d'être une sorte d'anachronisme de l'Histoire. » Gérard Manset vient d'enregistrer un nouvel album, « Obok ». Si les ambiances sont toujours graves (il chante les enfants-soldats d'Afrique, son amour pour sa fille, et finit par avouer qu'il aimerait connaître la fortune et la gloire), il se démarque des précédents par un souffle résolument rock comme le pratique Neil Young. « Neil Young, il ne comprend rien au mon-de, il s'en fout lui aussi, il porte un Levi's et puis basta. Mes musiciens sont des types hors norme, difficiles à gérer. Ce ne sont pas des mercenaires qui vont jouer avec tout le monde. Cela fait toute la différence. » Manset ne fréquente aucun des chanteurs de sa génération. Vit entre sa maison de Saint-Cloud et ses voyages. « J'ai été longtemps associé à une sorte de show-biz d'auteurs- compositeurs qui n'était pas ma famille, dit-il. Je n'avais rien contre Yves Duteil, mais... Je serais plutôt de la famille des Malraux, à marcher dans la rue en me grattant la tête. J'aurais pu vendre des centaines de milliers d'albums si j'avais fait de la scène, de la télé. J'ai fait mon deuil de tout cela. Ne pas faciliter la tâche à l'auditeur, c'était mon choix. »

 

« Dans les années 70, quand on achetait un album, on l'écoutait. Aujourd'hui, on le passe en regardant la télé, en surfant sur Internet. En concert, le public est captif. Quand je leur balancerai "Fauvette", je saurai qu'ils ont entendu. »

Une autre condition : « Je ne veux pas voir le public. Ce n'est pas le regard des gens qui me gêne, c'est le malentendu. Quand Brel chante Amsterdam, c'est très douloureux. Je ne trouve pas très sain que l'on regarde cela. Je tiens à rester à distance. »

 

Sacha Reins le point





Vous avez l’intention de faire enfin de la scène. Toutes ces années sans faire de concerts, ça ne vous a pas manqué ?
Si, évidemment.

N’avez-vous pas peur du trac, maintenant ?
Je ne crois pas que j’aurais le trac. Ce serait plutôt vis-à-vis de moi-même : je n’ai pas changé d’opinion, je trouve toujours cela très déplacé et je ne sais pas comment je supporterais l’épreuve. Ce n’est pas tellement lié au public ou le fait de crever la bulle et de passer sur scène ; c’est après, le lendemain, le surlendemain, me dire que j’ai accompli cette sorte de compromission, comme si j’avais été me baigner dans quelque chose de pas très propre. Mais je voudrais préciser, parce que je suis une espèce de traumatisé du malentendu : quand je dis pas très propre, c’est que dans cette salle, sur 2000 personnes, il y en aurait la plus grande part qui ne me connaîtrait pas. Ils viendraient voir quelqu’un d’autre, d’autres titres. Ils seraient peut-être enthousiastes, comme ils vont voir Souchon ou Bashung ; or je ne suis pas Souchon ou Bashung. Je n’ai pas envie qu’on vienne voir un énième artiste de variétés. Le malentendu serait là et je m’y serais baigné.

C’est la crainte que l’on puisse vous prendre pour un artiste de variétés.
Justement – j’y reviens – c’est ça l’ouverture de Nana : une sorte de Brigitte Bardot dénuée de toute forme de talent si ce n’est son physique ; au début, on est près des quolibets et, dix pages plus tard, tous sont conquis, avec les yeux qui leur sortent de la tête. Eh bien voilà : c’est ça le spectacle ; moi je ne suis pas dans ce registre. Ou j’aimerais ne pas y être.

Avec le premier tirage de l’album est joint un petit livret avec Neuf alternatives à Obok, textes sur chacune de ces chansons…
J’étais relativement frustré parce que j’écris un certain nombre d’ouvrages que pour diverses raisons je ne mets pas en circulation – je vois des éditeurs et ça se ne fait pas, ou alors je ne veux plus. Pour Le Langage oublié, j’avais deux ou trois cents pages que je n’ai pas mises en forme. Cette fois-ci, je me suis dit que c’était l’occasion d’aller  plus loin que ces textes de chansons qui peuvent sembler abscons ou laisser sur sa faim. Là, les gens qui aiment ce que je fais vont acheter le CD et on leur donne ce texte.

Vous vient-il couramment ce genre d’inspiration avec les chansons ?
Oui, mais c’était fugitif. Il se trouve que, là j’ai voulu le saisir. Mais ce n’était pas prémédité. J’ai vu que, sur un titre, Fauvette, on allait partir sur des interprétations qui n’avaient rien à voir. C’était au téléphone et, tout de suite après avoir raccroché, j’ai écrit cette espèce d’explication comme si je continuais la conversation. Et, pour Pacte avec mon sang, le titre m’est venu presque d’une volée, peut-être en trois quarts d’heure ou une heure. Et le synopsis me venait en même temps – c’est exactement la vision que j’avais à ce moment-là, à quelques bricoles près.

Il semble qu’à chacun de vos albums, il y ait des chansons qui restent sur l’établi, qui ne sortent finalement pas…
Ici, il y avait notamment un texte difficilement recevable, sinon avec une très longue explication. Je l’ai regretté mais j’ai un peu marre de ces luttes perdues d’avance – préciser, déciller les yeux des gens, les secouer. J’ai un peu passé l’âge… Et puis c’est le rôle de la littérature, pas de la musique.

C’est ce que dans un texte vous appelez "cette manie d’expliquer, cette hérésie de la transparence"…
Je n’aime pas être mis en cause et je n’aime pas avoir à justifier des choses qui pour moi relèvent du domaine de la poésie, de l’expression naturelle et viscérale, qui ne viennent pas de moi mais d’ailleurs et dont, probablement, je ne suis pas responsable, qui sont à prendre dans leur entier, sans aucune restriction, pour monnaie comptant. La vérité absolue. C’est tout. Si on commence à demander au Villon de La Ballade des pendus pourquoi il y a des pendus qui sont comme des fruits sur un arbre… On ne fait pas une explication de texte sur La Ballade des pendus. Je n’ai rien contre le dépiautage, le décorticage, mais encore faut-il que ce soit fait en stricte neutralité. Or aujourd’hui cette neutralité n’existe plus."


Bertrand  Dicale RFI Musique





A priori il s'est même entouré d'un petit nombre de musiciens pour "Obok", dans l'idée de le jouer sur scène !


Non, vraiment il a l'air décidé...


Je me souviens pourtant d'une interview où Gégé parlait de la promotion idéale (il s'agissait alors de passer à la télévision). Pour Manset, la promo parfaite, c'est annoncer sa venue à la télé (pour tout de même vendre et qu'on parle de son album) mais ne pas y venir...


Je ne voudrais pas être un oiseau de mauvais augure mais il ne semble pas impossible qu'il se contente de cette annonce tonitruante...


A SUIVRE....

 

Publié dans HANG THE DJ

Commenter cet article

Tibo 18/10/2012 13:19


En Attendant, J'ai vue ce type qui donne chaire à Manset. Si vous êtes fans, allez voir.


http://www.billetreduc.com/75503/evt.htm


C'est très bon, et vous trouverez aisément des extraits de son spectacle sur youtube.


Il joue jusqu'à la fin de l'année.

sirou 12/10/2007 11:49

pourquoi la moitié du texte est elle coupée? je veux dire, sur la droite, y du orange et les phrases sont coupées, je me répète, enfin, bon, ou alors je sais pas comment machiner le truc pour avoir le texte en entier. bref, je voulais savoir si y manset allait faire ce concert et je suis tombé là dessus, voilà. et je sais toujours pas...

Philippe 01/11/2006 22:10

Comment faire pour être averti à coup sûr et en temps utile d'un éventuel concert de Manset ? Je vis à Londres et l'Angleterre reste une île où ce type d'information ne risque guère de circuler. Merci à tous de vos suggestions ! Philippe

Phil06 14/10/2006 16:49

Manset en concert...j'aimerais évidement avoir cette possibilité de voir un de mes artistes préférés sur scène, fidéle à lui-même, à son talent et à sa personnalité......Mais il dit qu'il ne veut pas voir le public....ça enlève déja pas mal de l'intérêt de la chose.....Je n'y crois donc pas trop.....Pourquoi ne l'aurait-il pas fait avant depuis tout ce temps....C'est sa face insondable...:-) Je me contenterais d'un DVD fpersonnel de Manset filmé par Manset....

milos 11/09/2006 13:35

L'homme est assez intrigant, mais je n'adhère pas du tout à sa musique, qui est ennuyeuse à mourir.
Evidemment, les textes sont intéressants, mais la musique, à mon avis assez pauvre...
Pour ce qui est de l'analyse des textes poétiques, dont il parle à la fin de l'article, je suis entièrement d'accord, comme "carpediem" : c'est pourtant ce qu'on inculque aux gens dès l'école et le collège : c'est n'importe quoi.
 
Pour en revenir à l'annonce de Manset de faire un (ou plusieurs ?) concert, c'est à mon humble avis une mauvaise chose : il est bien plus unique et énigmatique en gardant ses distances avec le show-biz : peut-être s'ennuyerait-il, ou en tout cas, aurait-il soif de popularité ??
 
L'avenir répondra à toutes nos questions.

escardo 30/01/2015 18:39

manset on se croit ailleurs qu'en on l'ecoute et dire qu'on s'ennui sur sa musique justement je me sens dans le vide, je vois des etendues vides, et les paroles de ces chansons me transpercent, ces arrangements sont ciselés, ces textes planant de beauté, le plus bel artiste français et modeste de son talent!