ÉVACUATION D'UN SQUAT PARISIEN RUE DE LA FRATERNITÉ

Publié le par Zoso

Ce matin à l'aube, (09h30 tout de même), quittant la capitale pour me rendre sur mon lieu de travail en banlieue, je tombe sur une émeute qui bloque presque totalement la rue David d'Angers. Je me dis "tiens, c'est la rentrée scolaire, la vache, y en a du monde". Pour ceux qui connaîtraient pas la rue David d'Angers à Paris (ça m'étonnerait, mais au cas où), il s'y trouve un magnifique lycée technique à l'architecture audacieuse. Je suis tout de même un peu étonné. De mon temps, mon père ne m'accompagnait pas au lycée le matin (il venait m'apporter à goûter l'après-midi, mais le matin il fallait que je me débrouille tout seul).


Non, manifestement la vérité est ailleurs. Sur la file de gauche s'aligne une bonne quinzaine de véhicules de CRSS, alors qu'à droite j'aperçois des caméras de télévision. Bien sûr, c'est une expulsion !! J'avais entendu parler d'un squat dans le coin lors d'une manif pour le droit au logement quelques semaines plus tôt.
Mais je ne m'imaginais pas qu'il était rue de la Fraternité ! (pour ceux qui connaîtraient toujours pas (levez la main pour voir...), la rue de la Fraternité part de la rue David D'angers pour remonter dans la rue de la l'Egalité). Un squat en plein quartier de la Mouzaïa (pour ceux qui... le quartier de la Mouzaïa, y a quand même pas plus calme et résidentiel à Paris), rue de Rivoli encore, je comprends, mais ici ! Enfin, ils étaient dans une ancienne imprimerie, et sont maintenant ...  ils sont où justement ?


Voici donc quelques questions en vrac, auxquelles j'aimerais avoir des réponses. S'il reste un journaliste dans ce pays et qu'il m'entend... (je veux dire un journaliste capable de faire autre chose que de recopier les dépêches AFP/Reuters)


  • -Qui sont ces gens ?

  • -S'ils ont les moyens de payer un logement (ce qu'on entend de-ci de-là) pourquoi vivent-ils dans un squat ?

  • -S'ils n'ont pas les moyens, on va les mettre où ? (j'imagine que la préfecture de police a trouvé une solution temporaire, mais après?). La rue c'est moins dangereux que les immeubles insalubres ??

  • -Manifestement ces expulsions sont légales, pourquoi n'expulse t-on pas alors que la décision juridique a été donné ? (la décision de les expulser ne doit pas dater d'hier, je ne comprends pas pourquoi les décisions de justice ne sont pas appliquées dans ce pays. Et si les décisions ne conviennent pas, il faut changer la loi)

  • -Quand va t-on se décider à réformer la loi en matière de location, pour donner un peu plus envie de louer aux propriétaires. (Le squat est un exemple parfait, on peut habiter un logement sans payer en France de façon tout à fait légale et ce pendant des mois, voir des années)

 


La police expulse le squat de la rue de la Fraternité, Paris XIX


Eh, petit ! Tu as la facture du vélo ?

 

Publié dans DIVERS ET AVARIÉS

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

yannig 09/09/2005 16:28

Je te fais cadeau d'un trackback. Posé par mes soins. A cette adresse.
http://sarkozyblog.free.fr/index.php?2005/08/30/167-sarkozy-veut-fermer-squats-et-immeubles-vetustes-a-paris#tb

Monsieur Aponaute 07/09/2005 00:43

J'ai été très choqué par la récupération médiatico-politique d'expulsions "au bélier". C'est aux Douanes de filtrer et même en amont au législateur de fixer des quotas, après enfoncer des demeures de civils au bélier pour une "démocratie" c'est gerbant. Et surfer là-dessus au motif que le peuple serait demandeur... Non le peuple est demandeur 1/ d'action, donc d'une vraie régulation de l'immigration, et non d'images-chocs ; 2/ de respect de la dignité humaine, alors des enfants qui crient bonjour l'impact ! Ce connard de Sarkozy s'est bien planté et c'est bien fait pour sa sale gueule de démago : au moment où ces mêmes images de squats défoncés sortaient sur les JT, on voyait à New Orleans d'autres Noirs victimes de la pauvreté dans un Sud raciste, pas évacués à temps, et alors là, bad image Mr Sarko !!! La méga-erreur de com ! Les immigrés ne sont pas des ballots de linge sale qu'on peut virer comme des malpropres, surtout les enfants scolarisés ! C'était avant qu'il fallait arrêter les clandestins, avant qu'ils ne s'installassent ! Mais que faisait alors la police Monsieur Sarkozy ? Le peuple français veut de l'ordre, pas du fascisme. Sarko dégage !

yannig 02/09/2005 16:33

Superbe photo.